Nos compagnons

Pomponette, son histoire

Pomponette est une femelle européenne, blanche et bleue grise, née en avril 2011. Vaccinée et identifiée. Elle a été retrouvée dans un entrepôt de Marseille à Septèmes les Vallons dans les Bouches-du-Rhône (13). Elle était bébé, abandonnée par sa mère. Son état vital n’était pas engagé, mais elle était couverte de puces, de rouille et de peinture. Cependant, elle a développé des traumatismes. Pomponette a la particularité de "grignoter" les câbles électriques, notamment les câbles HDMI ou encore les fils de rallonge. Nous avons mis en place un système écologique et très avantageux. Nous avons récupéré les tubes en carton des rouleaux de sopalin, du papier WC, coupés sur la longueur en y intégrant à l’intérieur, les câbles visibles. Ainsi, tous les câbles sont désormais protégés et inaccessibles aux dents tyranniques de notre Pomponette. Il y a une autre possibilité, que nous avons mis en place, pour les câbles au sol, bien pratique, quand nous devons faire le ménage. Et oui, le carton, se mouille quand on passe la serpillère. Nous avons mis alors des manchons d’isolation de petit diamètre, ce qui est un avantage financier contrairement au dispositif proposé dans les magasins informatiques. Et voilà, le tour est joué ! 

Pomponette et sa mignardise EN COURS DE CRÉATION

 

Trufette, son histoire

Trufette est une femelle européenne, tigrée, léopard, grise, blanche et beige. Née en mai 2014. Vaccinée et identifiée. Elle a été retrouvée près d’une maison à Labruguière dans le Tarn (81). Le propriétaire de la maison l’a récupéré et a fait appel à l’adoption, ne pouvant la garder. Elle a reçu tous les soins et sevrage de son bon samaritain. Nous l'avons donc adoptée. Trufette, traumatisée par sa venue au monde, a développé des troubles du comportement. En effet, Trufette est claustrophobe. La claustrophobie est un état pathologique qui désigne la peur des espaces restreints. Bien plus qu’une simple gêne, la claustrophobie est douloureuse à vivre et peut s’avérer extrêmement invalidante dans la vie de tous les jours. Trufette touchée, a ainsi une peur panique de traverser un couloir, des escaliers, de rentrer dans son bassin à litière y compris d’y passer la porte. Elle a développé, un traumatisme, d’une hyper sensibilité de l’odorat. À l’origine, son odorat est quarante fois plus performant que celui de l’humain et a une grande importance dans sa vie sociale de félin pour délimiter son territoire. Par ailleurs, c’est son odorat développé qui lui permet de détecter la nourriture avariée et empoisonnée. Elle possède vingt millions de terminaux olfactifs, contre cinq millions chez l’humain. Trufette étant claustrophobe et ayant son sens de l’odorat hypersensible, urine aux endroits où les odeurs trop importantes et indétectables pour l’humain et dans les endroits qui la terrorise. Nous avons opté pour quelques solutions pour palier à ses soucis de vie. Sur une période de l’année, nous appliquons un spray attirant pour qu’elle urine dans sa litière. Placer son bassin à litière dans un endroit épuré. Retiré le haut et la petite porte de son bassin à litière. Laisser toutes les portes de chaque pièce ouvertes.

Trufette et sa mignardise EN COURS DE CRÉATION

 

Les soeurs Nouchka & Karamelle, leur histoire

Nouchka et Karamelle sont deux femelles européennes. Nouchka, robe isabelle, blanche, noire et rousse. Karamelle, tigrée, marron, rousse, grise, beige, blanche. Nouchka & Karamelle sont de la même portée, nées en mai 2017. Vaccinées et identifiées. Elles sont issues toutes les deux d’une famille précaire de Viviers les Montagnes dans le Tarn (81). Cette famille n’ayant ni les moyens ni le temps de stériliser leur minette, celle-ci a mis bas pour être stérilisée par la suite. La famille ne pouvant pas garder ces deux naissances., a fait un appel. Nous les avons donc adoptées toutes les deux pour ne pas séparer la fratrie. Nouchka s’est bien adaptée à son nouveau mode de vie. Si bien, qu’il a fallu sécuriser tous les moindres recoins du logement. Pas très câline, joueuse, aventurière, indépendante pour son jeune âge, il faudra attendre, qu’elle grandisse un peu, pour être "un pot de colle". Très câline, seulement quand c’est elle qui le décide ! Un petit caractère bien trempé, mais d’une très grande fidélité et très reconnaissante. Sa particularité, étant bébé, elle miaulait si fort, que l’on surnomma "la perceuse". Quant à sa sœur Karamelle, un caractère totalement à l’opposé de celle-ci, était craintive, mais extrêmement câline dès son plus jeune âge. Tandis que sa sœur, montait sur les chaises et canapé, Karamelle miaulait si fort, qu’on la surnomma "la porte qui grince" comme appel de détresse, pour monter et rejoindre sa sœur sur les hauteurs.  Si bien, que nous avons cru qu’elle avait un problème de motricité. Seulement, la coquine était tout simplement en mode fainéantise.

Nouchka et sa mignardise EN COURS DE CRÉATION

 

Karamelle et sa mignardise EN COURS DE CRÉATION

 

Les soeurs Nouchka & Karamelle et leurs mignardises EN COURS DE CRÉATION

 

Maïna, son histoire

Maïna est une chienne, une femelle, un berger des Pyrénées de petite taille, un labrit, fauve, blanche, grise, beige. Vaccinée et identifiée. Maïna est née en mars 2016 et vient d’un élevage des Hautes-Pyrénées (65). Elle a été acquise par une famille du Var (83) qui s’est vite aperçu qu’elle avait reçu un début d’éducation canine maltraitante au sein du centre d’élevage. Traumatisée la petite Maïna, a vécu dans cette famille, avec la peur au ventre, suivant partout les membres de la famille, partout dans la maison. Elle a du même garder "son panier" qui n’était autre qu’une cage de transport, dans laquelle elle a vécu ses premiers jours dedans. Cage de transport qui malgré, est restée jusqu’à ce jour, le seul endroit qu’elle décrète "sécuritaire". Cette famille avait une autre chienne. Suite à un déménagement à l’étranger, faute de moyens, ils ont dû faire un choix et se sont séparés de Maïna en faisant un appel au secours. Nous avons donc recueillis Maïna au sein de notre famille, elle était alors âgée de 2 ans. Depuis, un très long travail de rééducation a été mis en place, la rassurer, qu’elle comprenne, qu’elle resterait définitivement avec nous. La peur de l’abandon est toujours présente. Maïna est, néanmoins, une chienne débordante de vie, très intelligente, très affectueuse au caractère bien trempé, très têtue, dû à sa race. Cela ne change rien, à sa reconnaissance et son amour, qu’elle nous apporte chaque jour. Une petite chipie qui de ses pattes vous enlace comme l’humain pour nous faire d’énormes câlins.

Maïna et sa mignardise EN COURS DE CRÉATION

 

Zoé, son histoire

Zoé était une femelle européenne, robe isabelle, blanche, rousse et noire. Son âge 2 ans, estimé par le vétérinaire. Vaccinée, identifiée, décédée le 23//08/2016. Zoé vient d'Éguilles dans les Bouches-du-Rhône (13) d’un centre de remise en forme. Zoé est née dans le jardin de ce centre. Suite à une hospitalisation, elle se présenta sur le bord de la fenêtre de la chambre. Sauvage, elle mit près d’un mois à se faire approcher. Avec un peu d’aide, d’amour, de compassion, d’eau, de nourriture, de douces paroles, elle finit par rentrer dans la chambre. De jour en jour, elle se rapprochait, en s’installant sur une chaise loin du lit, puis sur le dessus de l’armoire, puis sur le fond du lit, quand soudain elle se posa enfin sur l’oreiller. Avait-elle senti le vent venir d’une opportunité d’avoir un foyer, une famille ? L’opportunité de quitter la rue ? Ce qui fût le cas. Les 15 jours qui suivirent, elle se laissa caresser. Quelques jours avant le départ, elle a disparu 3 / 4 jours. Elle revena blessée et pleine de cendres. Elle fut soignée. La magie avait opéré et se laissa adopter pour une nouvelle vie, dans notre famille, au chaud, nourrie et aimée. Zoé nous a quitté, la veille de ses 20 ans. Oui, nous avons pu lui apporter le reste de sa vie, une vie bien meilleure que celle de la rue et surtout la longévité de celle-ci. Elle était exceptionnelle. Elle avait la particularité de reconnaitre et de sentir les personnes "de mauvaises attentions" et savait très bien nous le faire comprendre. Son surnom était "notre assistante culinaire". Dès que l’on préparait le repas, elle s’installait à côté de nous pour nous observer tout au long de la préparation du repas. En vieillissant, elle répondait dès qu’on l’appelait, faisait les câlins et les coups de tête sur commande. Atteinte d’arthrose paralysante, nous l’avons aidé à gagner quelques années de plus (2 ou 3 ans tout au plus). Le jour où, comme la plupart des maîtres, nous avons dû faire face à cette dure réalité. Les soins ne servaient plus à rien, son poids en chute libre malgré une alimentation riche et équilibrée, que sa souffrance était telle que nous avons dû lui dire adieu ... Ce fût une épreuve terrible et très douloureuse, mais pas autant que le calvaire et la souffrance qu’elle subissait depuis quelques mois. Dans son dernier souffle de vie, elle est partie, sans douleurs, sereine, le regard rempli de gratitude et d'amour, blottie dans les bras de sa maman ...

Zoé et sa mignardise EN COURS DE CRÉATION

 

Canelle, son histoire EN COURS DE CRÉATION

 

Canelle et sa mignardise EN COURS DE CRÉATION

 

Tilandsia, son histoire EN COURS DE CRÉATION

 

Tilandsia et sa mignardise EN COURS DE CRÉATION

 

Négrita, son histoire EN COURS DE CRÉATION

 

Négrita et sa mignardise EN COURS DE CRÉATION

 

Félix, son histoire EN COURS DE CRÉATION

 

Félix et sa mignardise EN COURS DE CRÉATION

 

EN COURS DE CRÉATION

 

Date de dernière mise à jour : 05/09/2021

  • 2 votes. Moyenne 5 sur 5.

Ajouter un commentaire